Chaque matin , nous retournons le ciel comme ce serait d'une terre à ensemencer , nous fouillons le vide aérien , nous voulons voir . Les formes se superposent , s'imbriquent , s'évanouissent , les couleurs bouillonnent et s'affadissent , et rien ne se matérialise . Il n'y a pas d'ordre , pas de structure . Il n'y a pas de pesanteur , l'épaisseur est relative , imaginaire . Nous aimerions ressentir l'énergie lointaine qui semble se disperser hors de nous , nous n'avons rien . Est-ce là le prix de notre liberté , ne rien savoir et toujours chercher ?

Nous restons suspendus dans l'antre des secrets .

 

006